Le Parlement albanais interdit les paris sportifs et les jeux d’argent en ligne

Suite à la décision de déplacer les casinos hors des villes, l’Albanie impose maintenant une interdiction des paris sportifs et autres formes de jeux de hasard, qui entrera en vigueur le 1er janvier 2019. Lors d’un vote jeudi, le Parlement a adopté une loi interdisant les magasins de paris, les salles de machines à sous et les jeux de hasard en ligne.

Le projet de loi a été approuvé par 75 voix des membres du Parti socialiste du Premier ministre Edi Rama, sans aucune voix contre, l’opposition ayant boycotté la session. La loi interdit à tous les casinos, magasins de paris sportifs, livres de course et autres installations de jeux d’opérer dans les zones résidentielles, a rapporté le Tirana Times jeudi soir. L’industrie du jeu se limite en fait aux zones touristiques et aux hôtels cinq étoiles.

Les modifications juridiques ont été introduites plus tôt ce mois-ci, mais elles n’ont pas été transformées en loi avant hier. À compter du 1er janvier, tous les casinos, les magasins de paris sportifs et toutes les installations équipées de machines à sous et d’autres formes de jeu devront fermer ou déménager dans des zones non résidentielles. Le journal a cité le Premier ministre Edi Rama qui explique que l’interdiction inclut tous les casinos en ligne come le Cheri Casino, ainsi que les paris sportifs.

La nouvelle législation prévoit toutefois une exception pour l’exploitation des grands casinos, où la plupart des formes de jeux de hasard seraient autorisées. Cela comprend un casino à Tirana, la capitale de l’Albanie – le casino est situé à l’intérieur d’un hôtel cinq étoiles. Les jeux de bingo télévisés et la loterie nationale continueront également à fonctionner pour la simple raison qu’ils ont encore une concession. Toutes les salles de machines à sous devront déménager à la périphérie des villes, tandis que toutes les formes de paris sportifs seront interdites.

Entre-temps, les médias ont laissé entendre que le pays envisageait d’établir un nouveau monopole des jeux d’argent en ligne. La nouvelle législation envisage en fait la possibilité de créer un monopole d’État qui offrirait des paris sportifs. Le Premier ministre Edi Rama, cependant, a qualifié les rumeurs de « calomnie », bien qu’elles incluent des faits concernant son frère Olsi Rama, copropriétaire d’un site de paris sportifs. Elle s’appelle Bastarena et est la seule société en Albanie à détenir une licence lui permettant d’offrir des paris sur des événements sportifs via Internet.

La fermeture d’une industrie florissante

La loi adoptée ce jeudi vise à s’attaquer à la dépendance au jeu, qui est devenue un énorme problème dans le pays, selon le gouvernement. L’Albanie, l’un des pays les plus pauvres et les moins développés d’Europe, se classe au premier rang pour les dépenses liées au jeu. Chaque année, les Albanais dépensent environ 130 millions d’euros pour les jeux de hasard et d’argent.

Selon les experts, le jeu a eu des effets économiques et sociaux négatifs, tandis que la dépendance au jeu est clairement un grave problème de santé. Les taux plus élevés de violence familiale et de divorces au cours des dernières années ont également été liés à des troubles liés au jeu. En plus de l’impact négatif sur les familles à faible revenu, les experts soulignent que, dans l’ensemble, l’industrie du jeu constitue une menace pour l’intégrité du sport.

Avant le vote de jeudi au Parlement, le Premier ministre Rama a déclaré aux députés que l’industrie des paris était un  » mal, profondément ancré dans notre société  » et qu’avec la nouvelle loi, ils faisaient une  » guerre frontale  » contre elle. Le secteur des paris sportifs a connu une forte croissance ces dernières années, générant un chiffre d’affaires annuel d’environ 700 millions d’euros. Rama a spécifiquement mis en garde les opérateurs de paris contre le déplacement de leurs activités en ligne.

Il a porté des accusations audacieuses, affirmant que certains des propriétaires de magasins de paris avaient des liens avec le crime organisé. Selon le premier ministre, certains d’entre eux sont, en effet, des criminels. S’ils essaient de déplacer leur entreprise illégale de paris sportifs en ligne ou de changer leur site Web pour éviter de fermer leurs portes, ils seraient traqués et forcés de fermer de toute façon.